PINAULT
COLLECTION
numéro 11
Octobre 2018
Mars 2019
 
<div style="text-align: right;"> <b>Jean-Jacques<br>Aillagon</b> </div> <br /> <br /> <br /> <br /> <div> <span class="alinea"></span>Au moment de la parution de ce onzième numéro de la revue <i>Pinault Collection</i>, Lucas Arruda aura quitté la résidence d’artistes de Lens où il aura passé toute la saison 2017-2018. C’est une passionnante expérience qu’aura pu faire, pendant dix mois, ce jeune Brésilien de trente-cinq ans, venu de São Paulo, en développant, ainsi, son travail dans un pays, sur un territoire, dans une ville aussi éloignés de ceux qu’il avait connus jusqu’alors. Quand Lucas Arruda fut sélectionné pour cette résidence, il n’était encore qu’une étoile montante, certes prometteuse, de la scène artistique. Aujourd’hui, il en devient un repère. Au cours de l’été 2018, ses œuvres ont été présentées à Rennes, dans le cadre de l’exposition « Debout ! », à Bâle, par la Fondation Beyeler ainsi qu’à Bruxelles, par la galerie Mendes Wood. <br><br> <span class="alinea"></span>C’est à Hicham Berrada, artiste franco-marocain, né à Casablanca en 1986, qu’il appartient, désormais, d’occuper l’ancien presbytère de la Cité 9, réaménagé par l’agence NeM, et dont François Pinault a souhaité faire un lieu de travail pour des artistes venus du monde entier. <br><br> <span class="alinea"></span>Le comité de sélection de la résidence qui, jusqu’à présent, réunissait, outre les représentants de la Collection Pinault, ceux de la Direction régionale des Affaires culturelles, du FRAC Grand-Large, du Fresnoy-Studio national des arts contemporains et du Louvre-Lens, vient de s’élargir en accueillant le LaM de Villeneuve d’Ascq. Les activités de la résidence s’enracinent ainsi dans ce territoire renaissant, dans cette « région des musées » qui, après avoir suscité une ambassade du Louvre, en recevra, au cours des prochaines années, les réserves. <br><br> <span class="alinea"></span>Enracinement local et ambition internationale vont, ainsi, de pair. La résidence de Lens y contribue. Ses hôtes furent, jusqu’alors, américain, belge, brésilien et franco-marocain. C’est en 2019 qu’une artiste française, Bertille Bak, s’installera, à son tour, dans ce laboratoire de la création. C’est elle également qui a été invitée à concevoir, autour de la Bourse de Commerce, un projet pour Nuit Blanche 2018, marquant ainsi l’attention que porte la Collection Pinault à l’insertion de ce futur musée parisien dans son environnement culturel et social. </div>
 

Pinault Collection

Revue Pinault Collection - Numéro 11

 

Pinault Collection

Archives