Camille HENROT<br> <i>Tevau</i>, 2009<br> —<br> Lance incendie, bois, corde, métal<br> 142 × 150 × 60 cm<br>
<b>Exposition « Reliquaires »</b><br> Chapelle Laennec / Paris <br> <br> <span class="alinea"></span>Pour la troisième année consécutive, les sociétés Kering et Balenciaga se sont associées aux Journées européennes du patrimoine, les 15 et 16 septembre derniers. La chapelle de l’ancien hôpital Laennec a accueilli l’exposition « Reliquaires » qui rassemblait des œuvres de Camille Henrot, Damien Hirst, James Lee Byars, Giuseppe Penone, Huang Yong Ping et Günther Uecker. Beaucoup d’entre elles procèdent du prélèvement de « restes » (en latin, <i>reliquae</i>). Toutes évoquent, avec un vocabulaire plastique de notre temps, le mystère et la splendeur de ce qu’ont été les collections de reliques des grandes églises occidentales. Un article sera consacré à cette exposition, illustré de vues d’installation, dans le prochaine numéro de cette revue à paraître en avril 2019. <b>L.E.</b>
 
Joana VASCONCELOS<br> <i>Coração independente</i><br>[Cœur indépendant rouge], 2005<br> —<br> Fer peint et couvert de plastique rouge translucide, moteur, CD, système sonore<br> 340 × 210 × 60 cm<br>
<b>Joana Vasconcelos</b><br> Musée d’art moderne et contemporain / Strasbourg <br> <br> <span class="alinea"></span>Joana Vasconcelos (née en 1971 à Paris, vit et travaille à Oeiras près de Lisbonne) croise, avec extravagance et dérision, des objets domestiques et des techniques artisanales constitutifs de l’identité portugaise. <i>Cœur indépendant rouge</i> est la sculpture monumentale d’un symbole du Portugal, le cœur de Viana, bijou traditionnel porté en médaillon comme un porte-bonheur et qui se transmet de mère en fille. Constituée de couverts en plastique torsadés, l’œuvre tourne lentement sur elle-même au son du fado et de la voix poignante d’Amália Rodrigues. Elle avait été exposée dans « Un certain état du monde » à Moscou en 2009, une exposition hors les murs de la Collection Pinault, puis au Château de Versailles, dans le salon de la Paix, en 2012. <b>L.E.</b>
 

Pinault Collection

Revue Pinault Collection - Numéro 11

 

Pinault Collection

Archives