Résidence d'artistes
Lens
 
Melissa Dubbin
& Aaron S. Davidson
 
<u>Propos recueillis par</u><br><b>Lysandre Enanaa</b>
 
La résidence d'artistes de Pinault Collection à Lens, conçue par l'agence NeM Architectes sera inaugurée en décembre 2015. Les artistes Melissa Dubbin et Aaron S. Davidson seront les premiers à s'y installer en janvier, pour toute l'année 2016.
 
<span class="alinea"></span>Nous avons commencé à travailler ensemble en 1998, quand nous habitions au Nouveau-Mexique et que nous allions encore à l’école. Cette collaboration n’est pas née d’une intention calculée. Ce sont les projets eux-mêmes qui justifient la collaboration, pas le simple désir de travailler ensemble. Nos premières collaborations étaient essentiellement des performances, des vidéos, la réalisation d’instruments électroniques. La recherche portait toujours plus ou moins sur la possibilité de manipuler l’enregistrement et le <i>play-back</i> au sein de situations <i>live</i>. On retrouve cela aussi dans les œuvres sculpturales, photographiques, vidéos et sonores que nous avons réalisées depuis. Nous envisagions notre travail du point de vue du musicien, domaine où le concept de travail collectif va de soi. C’est tout le contraire dans le milieu des arts plastiques, où la collaboration n’est pas forcément une évidence et est souvent vue comme une activité indépendante de la pratique artistique individuelle. Chacun de nous a encore besoin de temps pour pouvoir travailler en solitaire ; mais travailler ensemble, de façon régulière et dans la proximité, nous a permis de développer une syntaxe et un vocabulaire communs.<br> <br> <span class="alinea"></span>Au fur et à mesure que notre travail ensemble s’est développé, il a fallu redéfinir le terme de « collaboration » pour notre propre usage. La définition classique laisse entendre que l’on a affaire à des agents individuels agissant l’un sur l’autre, ou l’un avec l’autre. Or, notre collaboration, elle, est mieux définie par un néologisme, « intra-action », emprunté à la théoricienne Karen Barad : les individus existent en tant que résultat d’« intra-actions » spécifiques, et la matière, en tant que phénomène résultant de la matérialisation de ces relations. Ce sont ces « intra-actions » — nos actes d’observation et de recherche et nos expériences concrètes, la relation que nous entretenons tant entre nous qu’avec les autres entités humaines et non-humaines, et avec la matière dans laquelle nous nous plongeons par notre travail — qui font de nos désirs et de nos centres d’intérêt le moteur de notre recherche artistique.<br> <br> <span class="alinea"></span>Nous nous trouvons actuellement à Marfa, au Texas, plus ou moins à mi-parcours d’une résidence de deux mois avec Fieldwork : Marfa. Nous travaillons essentiellement depuis notre studio de Brooklyn ; mais, en fonction du travail que nous avons à faire, nous jugeons aussi parfois nécessaire de passer du temps ailleurs, pour travailler et penser différemment, ou pour poursuivre des recherches spécifiques. Comme la résidence à Lens dure une année entière, nous prévoyons des travaux pouvant être développés dans le temps et nous avons plusieurs projets en tête. Nos travaux récents ont exploré la rencontre entre esthétique, politique, défense de l’environnement et épistémologie, dans l’optique du concept d’anthropocène. Il semble que la ville de Lens ait été confrontée à bon nombre des problèmes types caractéristiques de cette nouvelle époque géologique. Ceci trouveront certainement leur place au sein des objets que nous produirons durant notre séjour dans cette communauté.
 
 
 

Pinault Collection

Revue Pinault Collection - Numéro 05

 

Pinault Collection

Archives