Models
Never Talk
 
Texte
Martin Bethenod
Directeur du Palazzo Grassi —<br>Punta della Dogana
Models Never Talk est une performance imaginée en 2014 par Olivier Saillard, directeur du Palais Galliera, Musée de la mode de la Ville de Paris et présentée au Teatrino en janvier 2016. Elle met en scène sept mannequins des années 1980-1990 — Christine Bergstrom, Axelle Doué, Charlotte Flossaut, Claudia Huidobro, Anne Rohart, Violeta Sanchez, Amalia Vairelli — qui racontent et miment le port des vêtements qui les ont le plus marquées.
 
<br><br><br> <span class="alinea"></span>« La scène est le reflet d’un backstage tel qu’on en trouve de l’autre côté des podiums des créateurs. Mais de vêtement il n’y a plus. La mode est ici réduite à l’état de cendre et de souvenir. Les mains qui bouclent une ceinture évanouie, qui lacent un corset dissout restituent l’œuvre au carbone d’un couturier. Les bras qui s’enveloppent d’un manteau disparu, qui drapent une étole en fumée, évoquent la réalité d’un corps qui fut sous l’emprise de vêtements cages. La parole, celle que l’on interdit dans le cadre des défilés, fait office ici de garde-robe.<br><br> <span class="alinea"></span> Elle incarne le velours ou la mousseline nostalgique. Les gestes qui l’accompagnent servent de motifs et d’imprimés. Sous ces artifices nus, jaillit une écriture. Celle en mouvement d’un modèle pétri du regard du couturier ou du photographe qu’elle inspira. »<br><br> <span class="alinea"></span> C’est en ces termes qu’Olivier Saillard évoque la performance <i>Models Never Talk</i>, créée à New York en 2014, présentée au Centre National de la Danse à Pantin dans le cadre du Festival d’Automne 2015, avant que le Teatrino n’en propose en janvier 2016 deux représentations repensées pour le contexte vénitien. <br><br> <span class="alinea"></span>Depuis le milieu des années 1990, le travail d’Olivier Saillard emprunte les voies simultanées de l’histoire de l’art, de la conservation et de la direction de musées, du commissariat d’exposition, de l’écriture et de la performance, pour ouvrir et renouveler le regard porté sur la mode comme objet artistique, social, muséal, conceptuel ; comme ensemble de vêtements, mais aussi de gestes, de mots, de dispositifs. Cette démarche met à profit une grande diversité de processus : le gros plan, comme dans le cas des expositions consacrées à un seul défilé, d’Yves Saint Laurent (la collection de 1971 à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent) ou Comme des Garçons (la collection printemps 2012, présentée par le Musée Galliera aux Docks en Seine) ; l’approche transversale (l’exposition « Couturier superstar » aux Arts Décoratifs) ou décalée (Cristobal Balenciaga au prisme des vêtements non pas créés mais collectionnés par lui) ; la décontextualisation/recontextualisation (montrer les robes de Madame Grès dans un musée dédié à la sculpture, le Musée Bourdelle ; installer celles d’Azzedine Alaïa dans la salle Matisse du Musée d’art moderne de la Ville de Paris ou dans la galerie Borghese)…<br><br> <span class="alinea"></span> L’ensemble de ces projets ont en commun de proposer ce que l’on pourrait appeler une extension du domaine de la mode. De porter l’attention, au-delà du vêtement, sur les dispositifs de présentation (le défilé, sous l’angle duquel il publie en 2009 une <i>Histoire idéale de la mode contemporaine</i>), de communication ou d’archive (les <i>lookbooks</i> et vidéos, qu’il fait entrer dans les collections des Arts Décoratifs ou du FNAC), aux modalités mêmes de sa présence physique (la performance <i>The Impossible Wardrobe</i>, présentée au Palais de Tokyo en 2012) ou mentale. <i>Models Never Talk</i> témoigne précisément de cette idée que l’existence du vêtement est immatérielle autant que matérielle, qu’elle tient au langage (verbal ou non) autant qu’à l’image. Qu’elle a le pouvoir d’opposer, à l’univers de pure immédiateté dans laquelle on la voudrait enfermée, la profondeur de la mémoire. <br><br>
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
<i>Models never talk</i><br>Une peformance d'Olivier Saillard, janvier 2016, Teatrino di Palazzo Grassi.
 

Pinault Collection

Revue Pinault Collection - Numéro 06

 

Pinault Collection

Archives