<div class="pull-right align-right"> <span class="lieu">Maison européenne de la photographie<br></span> <span class="lieu">paris Fotografiska<br></span> <span class="lieu">stockholm</span><br><br><br> </div> <div class="clearfix"><span class="col m-1"> </span><span class="title">Bettina</span><br><br><br> <span class="col m-5"> </span><span class="title col">Rheims</span> </div> <div class="clearfix"> <br><br><br> <span class="alinea"></span>Accordant une même attention aux anonymes, aux icônes populaires, aux mannequins et aux célébrités internationales, Bettina Rheims (née en 1952, vit et travaille à Paris) construit des portraits de femmes fantasmées. Dotées d’un sens aigu de la composition et de la narration, ces mises en scène de séductrices effrontées ou de brindilles à l’identité trouble témoignent d’une même préoccupation de l’évanescence de la beauté. La Maison européenne de la photographie a organisé une exposition retraçant les quarante années de carrière de Bettina Rheims, présentée d’abord à Paris de janvier à mars 2016, puis à Stockholm d’avril à juin, au musée Fotografiska. Parmi les cent quatre-vingts photographies exposées, Pinault Collection en a prêté deux, issues de la série « Rose, c’est Paris », réalisée en 2010 avec la complicité de l’écrivain Serge Bramly et titrée en référence à Rrose Sélavy, l’alter ego de Marcel Duchamp. Ce roman photographique et cinématographique à l’esthétique surréaliste raconte en noir et blanc l’intrigue de sœurs jumelles et dresse, en creux, un portrait mystérieux, érotique et intime de la capitale. <br><br> <b>L.E</b> </div>
Bettina RHEIMS <br> <i>L’heure creuse</i> — 2009 — Tirage gélatine sur aluminium 65 × 51,5 cm
Bettina RHEIMS <br> <i>Pierres de rêve</i> — 2009 — Tirage gélatine sur aluminium 81,5 × 105 cm
 

Pinault Collection

Revue Pinault Collection - Numéro 07

 

Pinault Collection

Archives