<!-- ----- chapeau ------ --> <span class="chapeau">La première exposition monographique depuis 1992 dédiée à David Hammons (Américain, né en 1943) s’est tenue à l’été 2016 en Grèce, à la George Economou Collection. la Collection Pinault y a contribué par le prêt d’une œuvre-phare issue de la série des paniers de basket.</span> <br> <br> <br> <!-- ----- auteur ------ --> <div class="col m-4 auteur pull-right"> <div class="inner"> <div class="white"> <a class="switch">Texte</a><br> <b>Colin Lemoine</b><br> <span>Commissaire et critique d’art</span> </div> </div> </div> <br> <br> <br> <!-- ----- titre ------ --> <div class="col m-10"> <span class="title">David</span><br><br> <span class="title">Hammons</span> </div> <!-- ----- lieu ------ --> <div class="col m-10 pull-right align-right"> <span class="lieu">Athènes<br></span> <span class="lieu">George Economou Collection</span><br> </div> <!-- ----- texte ------ --> <div class="clearfix"> <br><br> <span class="alinea"></span>Marqué par le racisme et la barbarie ordinaires, David Hammons artiste américain d’origine africaine né en 1943, a fait du combat pour la cause noire un étendard majuscule, une raison de vivre et de mourir. Toutes ses œuvres sont présidées par une question obsédante : qu’est-ce qui, culturellement et socialement, différencie un blanc d’un noir ? Quels sont les facteurs de cette distinction et, ethniquement, de cette ségrégation ? La couleur de la peau suffit-elle à discriminer un être d’un autre ? <br><br> <span class="alinea"></span>Cette œuvre est éloquente. Composé d’un poteau en acier tricolore surmonté d’un pare-brise de voiture rouillé, lequel accueille un arc de cercle métallique, l’ensemble évoque d’emblée un panier de basket-ball. Récupérant des objets manufacturés, à l’image de Marcel Duchamp composant ses fameux <i>ready-mades</i>, Hammons fait du quotidien, fût-il détourné ou réinvesti, le réservoir infini de toute création. Cette installation, qui fait <i>comme la sculpture</i>, et qui pousse l’illusionnisme jusqu’à reprendre la taille réelle du panier, trahit une certaine déférence à l’endroit du réel, en cela identique aux pièces majeures du cubisme analytique — celles d’un Picasso comme celles d’un Braque, toutes respectueuses des éléments qu’elles empruntaient. <br><br> <span class="alinea"></span>Par ailleurs, il ne s’agit pas tant de manipuler impunément un emblème de la culture afro-américaine que de révéler les signifiants d’un monde occidental, saturé par des images conformes et des (pré-)figurations orthodoxes. Avec cette pièce ô combien épiphanique, la culture populaire rejoint donc les beaux-arts et Harlem peut rivaliser avec Florence. Ce totem grandeur nature, qui voit la rue infiltrer le musée, décloisonne assurément <i>les lieux de l’art</i>. </div>
 
David HAMMONS <br> <i>Untitled</i> — 1989 — Matériaux divers et pare-brise, poteau en acier 383,5 × 106,7 × 52,1 cm <br>Vue d’exposition : « David Hammons. Give Me a Moment » (George Economou Collection, Athènes, 2016)
 

Pinault Collection

Revue Pinault Collection - Numéro 07

 

Pinault Collection

Archives