<!-- ----- chapeau ------ --> <span class="chapeau">La résidence d’artistes de Pinault Collection à Lens accueillera à partir de janvier 2017 l’artiste belge Edith Dekyndt (née en 1960, vit et travaille à Berlin)</span> <br> <br> <!-- ----- auteur ------ --> <div class="col m-4 auteur pull-right"> <div class="inner"> <div class="white"> <a class="switch">Texte</a><br> <b>Pascale Pronnier</b><br> <span>Responsable des programmes artistiques — Le Fresnoy</span> </div> </div> </div> <br> <br> <!-- ----- titre ------ --> <div class="clearfix"><span class="col m-1"> </span><span class="title">Edith</span><br><br><br> <span class="col m-5"> </span><span class="title col">DekynDt</span> </div> <!-- ----- texte ------ --> <div class="clearfix"> <br><br><br> <span class="alinea"></span>Quatre mots caractérisent la démarche d’Edith Dekyndt : intuition, processus, expérience, émotion. Une part importante de ses travaux se situe au niveau de l’observation. La plupart des œuvres de cette artiste dépendent en effet d’une interaction avec l’espace et le milieu ambiant. Elle ne travaille pas dans le sens du projet mais dans le sens du processus. Lorsque l’artiste crée dans un lieu, elle a besoin que celui-ci ait une vie. C’est une artiste douée d’une très grande sensibilité révélant des phénomènes physiques qu’elle découvre et qu’elle utilise au cours de ses déplacements. Derrière l’élégance de son minimalisme grouille la multiplicité du vivant, comme ces tapis de sol colonisés par des spores ou des toiles réalisées avec la levure de pain. La pâte à pain, déposée au dos du châssis, en levant, déforme la toile et crée des formes saisies au moment le plus fort de la fermentation. Edith Dekyndt appréhende l’espace dans toutes ses dimensions : le son, la lumière, la température, l’humidité, les vides plutôt que les pleins. Elle révèle ce qui est habituellement invisible, impalpable ou éphémère mais aussi les caractéristiques humaines, anthropologiques, historiques d’un lieu. <br><br> <span class="alinea"></span>Ses influences philosophiques et scientifiques, Spinoza, Deleuze et Bachelard, se mêlent toujours à la pratique de l’atelier et ce sont plutôt les scientifiques qui font avancer nos connaissances autour de la perception, des neurosciences qui intéressent actuellement l’artiste. Aussi les œuvres d’Edith Dekyndt semblent nous révéler d’autres mondes. Elle crée des œuvres qui nous rendent conscients d’un réel fabuleux, dont les éléments imperceptibles échappent à notre attention. Son futur terrain « d’expérience » sera ce que nous appelions autrefois le bassin minier Lensois. </div>
 
Edith Dekyndt et son mari.
 

Pinault Collection

Revue Pinault Collection - Numéro 07

 

Pinault Collection

Archives